france united kingdom espanol   
  nous contacter espace membre plan du site ambiance circuit
 Accueil     Le Grand Prix de Pau     Grand Prix de Pau Historique 2006
Grand Prix de Pau Historique 2006
dernier ajout : dimanche 11 juin 2006.
 
 

La 6ième édition du Grand Prix de Pau historique s’est déroulée dans la capitale béarnaise les 27 et 28 mai 2006 : élu meilleur événement de l’année lors des historic motorsport award à Londres le 26 février 2006, cet évènement sportif était le grand rendez-vous à ne pas manquer cette saison.

La TR4 du team JMC était cette année encore engagée dans les endurances Gentleman Driver et challenge ASAVE.

reportage tv reportage diffusé sur France 3 Aquitaine

   Galerie Atpic
Les photos de H.Margolles
   grandprixhistorique.com
l’édition 2006 en détail
   pau.fr
historic motorsport awards
 

   Challenge ASAVE
    Dernière mise à jour le 2 juin 2009

Les essais

 Depuis 2005, les deux séances d’essais, libres et qualificatifs, ont laissé place à une unique séance de qualification de 30 minutes.
Jean-Michel s’élance en premier samedi matin au volant de la Triumph ; il réalise son meilleur temps chronométré lors de son quatrième passage, mais ne parvient pas à descendre en dessous des deux minutes.

A la mi-séance, Jean-Claude Pascal s’apprête à lui présenter le panneau de chronométrage pour lui signifier le changement de pilote quand, dans la délicate courbe des stands, la TR4 décroche, effectue un spectaculaire tête à queue et s’immobilise contre le rail de sécurité...
Fort heureusement, les trois pilotes qui le suivent dans cette partie très rapide du circuit parviennent à l’éviter in extremis !

Dans le stand, c’est l’incompréhension : la présence d’huile sur la piste peut expliquer cette perte de contôle, mais cette hypothèse est rapidement écartée, et si une faute de pilotage peut aussi être envisagée, l’équipe pense plutôt à un problème d’origine mécanique...




Le diagnostic

 
le radiateur endommagé - 100.2 ko
le radiateur endommagé
De retour au paddock, Jean-Michel est navré. Pour lui, nul doute qu’il a glissé sur de l’huile !
Le rail de sécurité a laissé des traces sur le côté avant droit de la TR4 : l’aile, le capot et la calandre sont bosselés, mais sans trop de gravité.

C’est en ouvrant le capot que les pannes sérieuses apparaissent et que l’origine de l’accident est clairement identifié. Le boulon de la poulie de vilebrequin s’est desserré, et il est venu percuté le radiateur. Ce dernier, très endommagé a laissé echappé le liquide de refroidissement qui est venu se déposer sur les pneus arrières.
Jean-Michel avait raison, sauf que c’est son propre liquide qui était responsable du changement d’adhérence.








Contre la montre

radiateur - 11.1 ko Le radiateur est sévèrement endommagé. Son remplacement paraît inéluctable, mais le seul radiateur dont dispose l’équipe provient d’une Triumph Spitfire, et son adaptation nécessite des modifications importantes.
Par chance, le mécanicien de l’équipe voisine, avisé du problème par Christophe, propose de colmater la fuite à l’aide d’un kit de soudure à froid. Il redresse minutieusement les ailettes avec un tournevis, et applique le mélange composé de poudre d’aluminium sur les deux canaux sectionnés, de manière à stopper la circulation de l’eau dans cette partie du circuit de refroidissement.
Après une heure de séchage, le radiateur est rempli d’eau pour tester l’efficacité de cette réparation temporaire. Le résulat est à la hauteur de nos espérances !





La course



 Crédité du tour chronométré réalisé la veille par Jean-Michel en 2:03.435, Christophe prend le départ lancé en fond de grille, escorté par deux Volvo 122S. Cette situation ne dure pas, puisqu’il profite du premier freinage pour doubler la n°21 au virage de la gare. La TR4 est efficace, et suit le rythme de la Ford Capri 3000 n°63 durant quelques tours. L’écart est de 7 secondes lorsque les deux pilotes s’apprêtent à concéder un premier tour aux voitures de tête.
Christophe profite de cette situation pour rattraper son retard, qui n’est plus que de 3 secondes à la mi-course, lorsque le pilote de la Ford Capri, Philippe Couesnon, rentre aux stands. Tandis que les autres concurrents passent eux aussi par les stands, Christophe reste sur la piste et améliore ses chronos. Il réalise son meilleur tour du week-end en 1:54.063 avant de céder le volant à Jean-Michel.


 Le changement de pilote est très rapide, et permet à Jean-Michel de reprendre la piste devant la Capri, qui est maintenant pilotée par Jean-François Dunac. A ce moment, la n°63 tourne beaucoup plus vite que la n°144, et son pilote parvient à reprendre l’ascendant au bout de quelques tours.
Après l’abandon de la Lotus Elan pilotée par Jean Pierre Lajournade, et celui de l’autre pilote palois, Daniel Parisy, qui perd le contrôle de sa Porsche 911 dans la courbe des stands, la TR4 pointe au 18ième rang lorqu’elle franchit le drapeau à damiers.

document adobe classement de la course (pdf 14.5 ko)


La Porsche n°164 est immobilisée sur le côté droit de la piste - 99.7 ko
La Porsche n°164 est immobilisée sur le côté droit de la piste
Alors qu’il restait 7 minutes de course, Daniel Parisy part en tête à queue devant les stands, et s’arrête contre le rail, heureusement sans trop de dommages.

Reportage diffusé sur France 3


La République des Pyrénées - 243.1 ko
La République des Pyrénées
24 mai 2006
 
 pages : << 1  2  3  4  5  >>

 
ce site est conforme au format html 4.01 du w3c

compatible firefox

conception du site c2 design
accueil | nous contacter | plan du site | référencer un site | mentions légales

 
Le plugin FlashPlayer 7.0 est nécessaire pour visualiser correctement ce site : pour vérifier que ce module est correctement installé sur votre navigateur, cliquez ici.
Site optimisé pour Internet Explorer version 6.0+ affichage en 65000 couleurs. All the productions published in this site are the property of their author. ©2005 JMC racing.