Retour au format normal



30. Trophée Phil Hill (course 2)
COURSE 2

1er juillet 2012

Heure : 14h30
Date : 6 mai
Température : 19°C
Météo : nuageux
Départ : Christophe / Relais : Stéphane
Voitures en piste : 23

Le duel Spitfire VS TR4

 
La TR4 termine la première endurance en 19ième position, derrière la Spitfire. L’analyse de la course révèle toutefois un détail très encourageant au niveau des tours chronométrés, puisque des deux Triumph, c’est la TR4 qui est créditée du meilleur temps.

En comparant les performances des deux voitures, on constate qu’elles font jeu égal dans le premier secteur. Ensuite, dans le secteur technique du jardin Beaumont, la TR4, pourtant équipée d’un pont rigide est étonnamment plus efficace que la Spitfire. Enfin, dans le dernier secteur, elle est clairement en retrait : le moteur manque de puissance dans la ligne droite, mais la TR4 conserve tout de même un mince avantage sur la ligne de chronométrage : 35 millièmes de secondes...

Il n’en fallait pas plus pour motiver l’équipe avant le départ de la seconde manche !



15h30 : l’heure de pointe

 
Les voitures se positionnent sur la grille dans l’ordre d’arrivée de la première course, exceptée l’Alfa GTV n°50 qui est curieusement rétrogradée de trois places. Cette méprise profite directement aux deux Triumph : au volant de la TR4, Christophe, qui a signé le meilleur tour pour la n°44 partage la 9ième ligne avec Frédéric Clot, également auteur du meilleur tour pour la Spitfire. La course est lancée au feu vert...



Christophe revient sur les faits marquants de ce début de course :

 
Christophe Cazala - 315.9 ko
Christophe Cazala
Best Lap : 1"52.334
« Frédéric déborde la Mustang n°36 puis la Porsche n°10 dans la ligne droite : le pilote de la GT 350 n’est pas très rapide en ce début de course, et je dois rapidement le doubler pour garder le contact avec la Spitfire. Au virage de la gare, je tente un dépassement indécent à l’extérieur de la piste, au risque d’ouvrir la porte à l’Alfa GTV qui était restée en embuscade derrière la Ford Mustang. La Porsche n°26 m’emboîte le pas.

La TR4 fait l’extérieur à la Mustang - 56 ko
La TR4 fait l’extérieur à la Mustang
Manœuvre réalisée sans trucage - Ne pas reproduire dans des conditions de circulation normale



 
Dans la montée, les quatres cylindres de ma Triumph ne fléchissent pas devant le V8 de l’américaine. L’Alfa est coincée derrière la Mustang et la Porsche profite de la situation pour doubler les deux voitures au freinage du pont Oscar. La 911 me talonne jusqu’à la sortie de l’épingle du Lycée : à l’accélération, il m’est impossible de rivaliser avec les 130 chevaux du flat6...




Les Porsche n°10 et n°26 roulent désormais en formation serrée derrière la Spitfire. Sur la ligne de chronométrage, Frédéric n’a plus que quelques dixièmes d’avance : ce sera insuffisant pour rester devant dans la ligne droite.

La course se complique également pour moi car j’ai deux Alfa GTV survoltées qui s’impatientent dans mes rétroviseurs. A défaut de trouver une Mustang à proximité pour ralentir leur progression, je dois cette fois m’incliner dans la montée. Je perds provisoirement le contact avec Frédéric.

Au troisième passage, alors que je viens à peine de refaire la jonction avec lui, la course est neutralisée pour évacuer l’AC Cobra immobilisée au bord de la piste au niveau de la statue Foch.


La TR4 passe à l’offensive

Lorsque la course redémarre, je peux enfin me lancer à l’assaut de la Spitfire. Je ne laisse aucun répit à Frédéric, excepté dans la ligne droite, le seul endroit du circuit où je suis un peu distancé. Sur la ligne de chronométrage, il y a presque 2 secondes d’écart entre nous, mais je parviens toujours à combler ce retard au virage la gare, au prix d’un freinage musclé.

Les Triumph de front à la sortie du virage de la gare

Frédéric résiste, mais à plusieurs reprises, il s’écarte un peu trop de la trajectoire : je plonge alors au point de corde pour revenir à sa hauteur, mais je ne parviens pas à m’imposer dans la montée.

C’est chaud également dans la descente...
 

La passe d’armes est également virile entre la statue Foch et l’épingle de Poeymirau. Je suis très proche de la Spitfire, et je dois rester extrêmement concentré à chaque freinage pour éviter l’accrochage, notamment au niveau de Foch.



Battle for 15th place - 44.8 ko

Les deux Triumph enchainent plusieurs tours dignes d’une séance de qualification : elles passent sous la barre des 1’53 et signent simultanément leur meilleure performance du week-end au 14ième passage. On approche de la mi-course...

L’arrêt aux stands

Battle for 15th place - 46.5 ko

C’est l’effervescence dans les stands : Frédéric est le premier de nous deux à s’arrêter. Jean-Michel Fostin, Gérard Humbert, Jean-Claude Pascal, JMC et Stéphane surveillent de très près l’évolution de la TR4 : ils me laissent sur la piste jusqu’à la limite du temps imparti pour effectuer le changement de pilote. J’ai le temps d’aligner deux autres tours rapides avant de m’engager dans la voie des stands... »

 

La fin de course

De précieuses secondes gagnées en restant sur la piste, un changement de pilote éclair, la stratégie adoptée par l’équipe permet à Stéphane de gagner deux places : il repart juste devant l’Alfa GTV n°50 et loin devant la Spitfire.





La GTV n’a que 7 secondes de retard sur la TR4 : elle reprend l’avantage au 21ième tour, tandis que l’écart se creuse entre les deux Triumph. La 15ième place n’est cependant pas encore acquise, car la Lotus XI n°18 double la Spitfire au tour suivant et rattrape Stéphane à vive allure ! Il se fait doubler dans le dernier tour, mais il conserve la 15ième place en raison de l’abandon de la Porsche n°24, à un quart d’heure de la fin.




 
La République des Pyrénées  05-06 mai 2012 - 1.2 Mo
La République des Pyrénées 05-06 mai 2012



<BOUCLE_message>
Erreur dans la requête envoyée à MySQL :
SELECT forums.* FROM spip_forum AS forums WHERE forums.id_article='874' AND forums.id_parent=0 AND forums.statut='publie' ORDER BY forums.date_heure DESC
Table 'jmcracing.spip_forum' doesn't exist
</BOUCLE_message>