Retour au format normal



40. Le 7ième grand prix historique

16 juin 2007

Dans les coulisses

Remaniée l’année dernière suite au décès de Monsieur le maire André Labarrère, la nouvelle équipe municipale n’a pas souhaité poursuivre sa collaboration avec Rayon d’Action, promoteur du grand prix depuis 2001, sous l’égide d’Eric Hélaine. [1]

Jean-Michel Cazala, Jean-Christophe Canavesio & Eric Hélaine
 
Pour des raisons financières (sic), la municipalité a confié cette année l’organisation du grand prix historique à l’Association Sportive Automobile locale. Ce n’est pas un hasard si Eric Hélaine conservait un rôle de consultant auprès de l’ASA pour la composition des différents plateaux : sa passion et sa connaissance dans l’histoire du sport automobile faisait de lui la personne idéale pour cette mission !



La deuxième surprise de l’édition 2007 venait d’outre Manche : les "Master Series" [2]organisaient en effet un autre meeting le week-end de Pentecôte : le "Masters Historic Festival Brands Hatch".

Depuis de nombreuses années, cette structure avait inscrit l’épreuve paloise à son calendrier et les concurrents des "Master Series" représentaient un ratio important parmi les engagés de l’épreuve.
En conséquence, Eric Hélaine prospectait de nouveaux plateaux, et parvenait à inscrire de nouvelles courses au programme, certaines inédites comme les racers 500 [3] ou les Formule 5000, d’autres incontournables comme les GT : pour remplacer l’endurance "Gentleman Driver", Flavien Marçais composait un nouveau plateau très prometteur... l’endurance "GT & Sport Car Cup".

Dans les tribunes

 
L’affiche officielle - 12.6 ko
L’affiche officielle
"Une page vient de se tourner. La disparition du logo est un détail révélateur..."
Cette année, le public a franchement boudé le grand prix de Pau historique. Certains penseront que c’était à cause de la pluie, d’autres pointeront du doigt le tarif de l’entrée générale ou encore l’absence totale de communication autour de l’événement.

Concernant le grand prix historique, on peut en effet s’interroger sur l’apparition (très) tardive des affiches promotionnelles dans les vitrines des commerces palois. De manière plus générale, la publicité était très discrète voire inexistante devant le battage médiatique généré par le grand prix moderne...




Il y avait pourtant un point commun (sûrement le seul) entre les deux épreuves, puisque cette année, l’entrée générale était payante. Le public palois a plutôt mal perçu ce passage à la caisse, estimant que l’association locale mandatée était suffisamment subventionnée par la ville !

"Soit dit en passant, c’est aussi le cas des autres clubs de la ville, comme l’élan béarnais ou la section paloise et pourtant, les supporters s’acquittent régulièrement d’un droit d’entrée pour assister aux matchs."

Si certains contribuables scandalisées ont rebroussé chemin, les passionnés de voitures anciennes ne regardaient pas la dépense pour visiter la ville, métamorphosée le temps d’un week-end en musée vivant du sport automobile...

La République des Pyrénées - 1.4 Mo
La République des Pyrénées
"édition consacrée au déluge"
 
Quant à la météo, les orages et les fortes précipitations annoncés par les prévisionnistes ont durement frappé le Béarn la journée de vendredi. La cité royale était relativement épargnée par le déluge mais la pluie était omniprésente durant tout le week-end. L’ASA ne s’était pas laissé surprendre par le grain, et avait prévu un petit parapluie pour tous les concurrents, en guise de bienvenue. Ces derniers auraient peut être préféré une invitation pour le traditionnel repas de gala, mais ce privilège était cette année réservé exclusivement aux concurrents du grand prix moderne... no comment !




Dans les stands

 
Le grand prix de Pau 2006 s’était mal terminé pour l’équipe, puisque la Triumph TR4, violemment percutée par une Ferrari en perdition à l’entrée de la ligne droite, abandonnait dans la seconde course. (Gentleman Drivers)

Pour se donner le temps de réparer et surtout, pour être certaine de participer à cette édition, l’équipe aurait pu se contenter d’engager la petite Triumph Spitfire. Il en fut décidé autrement, et tous les moyens ont été mis en œuvre pour remettre en piste la Triumph TR4. Jean-Michel et Christophe se sont donc partagés une nouvelle fois le volant de la Triumph n°44 lors des deux endurances GT qui étaient inscrites au programme...



Revue de presse

La République des Pyrénées - 814.3 ko
La République des Pyrénées
édition du 26 mai 2007
 
 
La République des Pyrénées - 1.3 Mo
La République des Pyrénées
édition du 29 mai 2007














 
La République des Pyrénées - 229 ko
La République des Pyrénées
édition du 16 & 17 mai 2007













Lire la suite


[1] Eric Hélaine :
C’est lui qui est à l’origine du concept. Il concrétise ce projet ambitieux en 2001, avec la complicité bienveillante de M. Labarrère, maire de Pau.
Il obtient la consécration de l’épreuve en 2005, à l’occasion du salon de la compétition historique de Stoneleight (GB) : un jury composé de journalistes, pilotes et notoriétés désigne alors le grand prix de Pau historique "course historique de l’année".

[2] The Master Racing Series :
Il s’agit d’une grande structure anglaise, qui regroupe un panel important de plateaux (series) dont les GT de l’endurance "Gentleman Drivers".

[3] Racer 500 :
Ces monoplaces, apparues pour la première fois en Angleterre en 1949, ont toute le même conception : un poste de pilotage à l’avant, un moteur de moto en position centrale arrière dont la cylindrée n’excède pas 500cc, et un poids plume (240 kg à vide) qui confère à ces autos des performances proches de celles des Formules 1. C’est sur cette formule que plusieurs grands champions du sport automobile comme Stirling Moss ou Graham Hill ont fait leurs débuts.


<BOUCLE_message>
Erreur dans la requête envoyée à MySQL :
SELECT forums.* FROM spip_forum AS forums WHERE forums.id_article='282' AND forums.id_parent=0 AND forums.statut='publie' ORDER BY forums.date_heure DESC
Table 'jmcracing.spip_forum' doesn't exist
</BOUCLE_message>