france united kingdom espanol   
  nous contacter espace membre plan du site ambiance circuit
 Accueil     L’Histoire de Triumph     Les Triumph du Team
La Triumph Spitfire  imprimer cet article
   article publié le 14 juin 2005 
 Naissance de la Spitfire | La spitfire 100% passion | Moteur | Performances | Dimensions

Naissance de la Spitfire

 La "bomb" qui deviendra plus tard la Spitfire 4 est dessinée en une nuit par Giovanni Michelotti, en compagnie de Harry Webster, le chef du bureau d’études de Triumph, qui a tout simplement « oublié » sa femme et sa fille dans sa voiture garée dans la rue.

En 1962, au salon d’Earl’s Court de Londres, la nouvelle Triumph, tellement "canon" avec sa ligne en "bouteille de Coca", fait l’effet d’une bombe. "Bomb" aurait dû être son nom de baptême, mais "Spitfire" du nom des avions anglais de la seconde guerre mondiale lui a été préféré.
Les fameuses 24 Heures du Mans salue la participation des petites Spit à plusieurs reprises. Toutes pimpantes, elles arborent fièrement une peinture vert foncé "british racing green" agrémenté de bandes centrales colorées, et un moteur de 1147 cm3 de base. Un hard-top en fibre de verre vient se greffer en lieu et place de la capote. Leur puissance atteint 109 ch ce qui leur permet d’atteindre une vitesse de pointe supérieure à 230 km/h.

La spitfire 100% passion

Pénalisée par son modeste moteur 4 cylindres développant 74cv à 6000tr/min, cette petite anglaise sort son épingle du jeu grâce à son poids plume, conséquence d’un régime rigoureux : le règlement de la catégorie Grand Tourisme Spécial autorise en effet la suppression de certains éléments : pare-chocs, garnitures, hard top en polyester. D’autre part, l’abaissement important de la garde au sol associé à des suspensions performantes améliore considérablement la tenue de route et lui procure un avantage dans certains passages délicats, face à des GT plus puissantes.

virage Fosh 2004 - 52.4 ko

Après un sévère accrochage aux Trophées de Gascogne en 1992, elle est laissée à l’abandon durant une dizaine d’années. En 2001, elle est restaurée à l’occasion du premier grand prix historique de Pau. Partie 14ième, elle passe le drapeau d’arrivée au 7ième rang, sous une pluie diluvienne.
Elle a depuis confirmé sa fiabilité en bouclant la totalité des huit courses auxquelles elle a participé. On retiendra notamment la 24ième [1] place décrochée lors de la dernière édition du Grand Prix de l’Age d’Or à Monthléry (Plateau GT <1800cc)

pages : 1  2  >> 


[1] sur 32 voitures au départ

forum
 
ce site est conforme au format html 4.01 du w3c

compatible firefox

conception du site c2 design
accueil | nous contacter | plan du site | référencer un site | mentions légales

 
Le plugin FlashPlayer 7.0 est nécessaire pour visualiser correctement ce site : pour vérifier que ce module est correctement installé sur votre navigateur, cliquez ici.
Site optimisé pour Internet Explorer version 6.0+ affichage en 65000 couleurs. All the productions published in this site are the property of their author. ©2005 JMC racing.